Retour à la page d'accueil

Créer une réserve d’eau d’un million de m3 pour développer l’agriculture en Guadeloupe !

Construire un barrage permettant le développement agricole de la Guadeloupe représente un défi technique au vu des conditions climatiques et sismiques de l’île. C’est le défi de SUEZ, à travers son activité Consulting, qui accompagne le Conseil Régional de Guadeloupe depuis 2012 à travers la conception et la supervision de la construction du barrage de Moreau, d’une capacité de 1 000 000 m3.

La mission

Préserver les ressources en eau et assurer leur disponibilité en période sèche

Le Conseil Régional de Guadeloupe a souhaité compléter le dispositif de retenue d’eau qui assure l’irrigation des terres agricoles et l’alimentation en eau potable, afin de disposer de ressources en eau de qualité et en quantité suffisante. Il s’agit en effet d’assurer une disponibilité de la ressource en période sèche, pour une irrigation raisonnée, tout en préservant les rivières et l’écosystème local.

SUEZ a su convaincre par son expertise historique en conception et réalisation d’ouvrages hydrauliques d’envergure, mais aussi par son expertise environnementale : le suivi environnemental du chantier constitue un enjeu important pour préserver le patrimoine naturel du site d’implantation et minimiser les nuisances dues aux travaux pour la population.
Notre réponse

Construire un ouvrage sécurisé relevant des défis techniques importants

Le barrage de Moreau est implanté sur la ravine Zombi, affluent de la rivière Moreau, à 4,5 km au sud-ouest de la commune de Goyave. Plusieurs défis techniques sous-tendent cette réalisation de 27 mètres de hauteur et 260 mètres de longueur de crête:

  • construire un barrage en matériau détritique d’origine volcanique, soumis à une forte altération due au climat tropical et à un aléa sismique important,
  • dans un contexte géodynamique complexe et peu étudié,
  • tout en garantissant sa pérennité et son exploitation pour les 100 prochaines années.

 

Pour répondre aux dernières réglementations en vigueur, SUEZ a dû recourir, pour la conception, à des modélisations complexes aux éléments finis intégrant la génération de pression interstitielles lors d’un séisme extrême (catégorie 5, soit une première mondiale pour des matériaux de ce type). L’ouvrage a également été dimensionné pour résister à des crues et à des vents de périodes de retour respectives 100 000 et 1 000 ans.

SUEZ assure par ailleurs le suivi de chantier à pied d’œuvre et pilote l’ensemble de l’opération sous maîtrise d’ouvrage du Conseil Régional et du Département de Guadeloupe, jusqu’à la mise en eau du barrage.

Le suivi environnemental du chantier implique de limiter au maximum les impacts de ce dernier. Parmi les mesures prises : la création d’une piste spécifique pour accéder au chantier, la limitation du nombre de convois d’approvisionnement grâce à l’utilisation de matériaux présents sur le site, des mesures de protection de la faune et de la flore via la transplantation d’espèces rares immergées, ou encore le maintien d’un débit d’eau en aval pour la faune aquatique.

Les résultats
Débuté en 2014, le barrage de Moreau devrait voir sa mise en eau en 2019. Il constituera une réserve d’eau pour l’irrigation des terres agricoles de la Grande Terre et de la Côte au Vent de la Basse Terre.
Recherches les plus fréquentes
TOP