Retour à la page d'accueil

Bien vivre dans son logement à Dijon

Avoir un toit au-dessus de la tête ne garantit pas un accès à l’eau suffisant. En effet, l’eau constitue aujourd’hui un véritable poste de dépense qui peut fragiliser les plus démunis. Sans compter qu’aujourd’hui 1 % des français (650 000 personnes) n’a pas un accès à l’eau suffisant. Le constat préoccupe pouvoirs publics et délégataires. SUEZ a donc souhaité s’engager et agir dans les territoires, notamment avec la Métropole de Dijon.

La mission

L'eau potable, un bien de première nécessité

SUEZ, en conformité avec les objectifs visés par l’ONU, a réaffirmé dans sa feuille de route 2017-2021, son positionnement en faveur d’un accès aux services essentiels pour tous. Ainsi le Groupe poursuit sa politique : agir dans les pays en voie de développement, comme en France, pour un accès aux services de l’eau pour tous et tendre vers une meilleure utilisation de la ressource. L’engagement proactif de Dijon Métropole et SUEZ vis-à-vis des usagers, en est l’illustration : aider les foyers à gérer leur budget eau. C’est ainsi qu’est né le projet « Bien vivre dans son logement », sur le souhait d’une part, de la Métropole de Dijon d’introduire la notion de solidarité à travers ses contrats de concession de l’eau et de l’assainissement et de l’engagement de SUEZ d’autre part, pour le développement durable avec un usage maitrisé de l’eau potable. L’objectif de la Métropole de Dijon, à travers ce projet, est d’établir une action de solidarité autour de l’eau. SUEZ, quant à lui, a le savoir-faire et les outils lui permettant de mettre en place des actions spécifiques.
Notre réponse

Maîtrsier sa consommation en eau, c'est possible !

Pour la réussite du projet « Bien vivre dans son logement », SUEZ s’est d’abord appuyé sur l’expérience de médiation du PIMMS* dont il est l’un des membres fondateurs. Puis le Groupe a développé des partenariats avec le CCAS, le Conseil départemental de la Côte d’Or, les bailleurs sociaux…). Un fond social a ensuite été constitué. Il a ensuite fallu identifier une cible (foyers à minima sociaux), effectuer des visites-diagnostic et mettre en place des actions de prévention et d’accompagnement. Le but ? Favoriser l’accès des personnes les plus fragiles aux services de l’eau et de l’assainissement tout en les aidant à maîtriser leur budget et en suscitant le respect de l’environnement. Concrètement des médiateurs du PIMMS se rendent au domicile des usagers, les initient à une utilisation de la ressource eau et énergie plus écologique et profitable, laissent aux ménages un kit d’outils techniques composé de livret d’éco-gestes, mousseurs, économiseurs d’eau, régulateurs de pression, ampoules LED pour les amener à réaliser des économies allant jusqu’à 150€/an, en réduisant leur consommation. La mission a même créé de l’emploi (embauche d’animateurs) puisque six médiateurs lui sont dédiés. Le projet est financé par le fonds de solidarité eau, pour un montant de 750 k€ issus du partage des excédents de résultats des contrats de concession eau et assainissement négociés en 2011.


*PIMMS : association dijonnaise de médiation multi-services

Les résultats

Des aides concrètes autour du projet

A compter de 2016 et pour cinq ans le dispositif devrait toucher plus de 7 000 foyers. Initialement destiné aux bénéficiaires des minimas sociaux, il est désormais ouvert à l’ensemble des foyers dijonnais pour faire partager les bénéfices de ce programme au plus grand nombre. L’accompagnement porte sur les charges d’eau mais aussi sur les autres dépenses énergétiques : gaz et électricité. A noter de plus, que, jusqu’en 2020, les Dijonnais bénéficient d’une tarification de l’eau à la baisse.

L’originalité de cette initiative est que tous les acteurs qui gravitent autour du logement et de l’énergie y participent, comme s’ils étaient rassemblés sous cette idée d’Henry BOYÉ* : « il faut de l’eau pour produire de l’énergie, il faut de l’énergie pour exploiter l’eau et il n’y aura de développement durable possible, au niveau mondial, qu’avec un meilleur accès pour tous à l’eau et à l’énergie ».

*Membre du Conseil général de l’environnement et du développement durable du Bas Rhin.
750 000
d'investissements sur 5 ans
7 000
foyers
ciblés
2 050
visites
réalisées à mi-novembre 2018
150
d'économie/an sur les factures d'eau et d'énergie pour les foyers
Recherches les plus fréquentes
TOP